Contexte

Le Ministre de la Défense, Steven Vandeput et le Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders choisissent pour une Europe de la défense forte

Les décideurs européens se demandent depuis longtemps comment ils peuvent le mieux garantir la sécurité des citoyens européens. L'Union européenne reçoit aujourd'hui une réponse dans la forme du PESCO (PErmanent Structured Cooperation). Notre pays est l'un des 23 pays ayant signé la notification PESCO. Cela représente un pas en avant important pour une politique de défense et de sécurité commune de l'UE. Steven Vandeput, Ministre de la Défense: "Une plus grande coopération entre les pays de l'UE dans le domaine de la défense n'est plus un choix politique mais une nécessité stratégique et économique’’.

Pourquoi collaborer plus ?

La sécurité au sein de l’Europe est menacée par les cyberattaques, le retour des combattants terroristes étrangers, le comportement de la Russie, le terrorisme, etc. Les États-Unis, traditionnellement le plus important partenaire en matière de sécurité pour l'Europe, ont demandé à l'Europe d'assumer ses responsabilités. Steven Vandeput: "Une forte défense européenne n'a pas besoin d'être un concurrent de l'OTAN, bien au contraire. Les deux peuvent se renforcer mutuellement. "

Qu'est-ce que Pesco exactement?

PESCO est un cadre juridique européen ambitieux pour l'investissement dans la sécurité et la défense européennes. En même temps, PESCO fournit aux États membres un cadre politique pour améliorer leurs capacités militaires par une meilleure coordination des initiatives avec d'autres États membres et par des projets communs.

PESCO est une coalition of the willing. Les pays qui se joindront le feront sur une base volontaire. Les pays européens intensifient leurs efforts de défense, mais cela ne suffit pas : des gains d'efficacité élevés sont possibles en investissant ensemble, en travaillant ensemble, en faisant correspondre les systèmes d'armes. Steven Vandeput: "Cela va stimuler l'industrie de la Défense européenne, non seulement pour les grandes entreprises mais aussi pour les PME."

Pesco-obligations

L'adhésion à PESCO est volontaire, mais quand un pays est accepté en tant qu'État membre participant, il doit remplir un certain nombre de conditions. Il s'engage à augmenter régulièrement ses dépenses de défense, à réserver 20% de son budget de défense à l'investissement, 2% à la recherche et au développement et à contribuer de manière adéquate aux opérations militaires de l'UE. En particulier, le ci-nommé output (qui contribue exactement aux opérations tant d’un point de vue de personnel que de matériel) est important pour notre pays. Pour constituer une défense EU forte, il ne suffit pas de contribuer financièrement, une participation concrète aux opérations est également nécessaire. Afin de vérifier si les États membres remplissent les conditions, une évaluation sera effectuée chaque année.

Notre pays investit actuellement 12,5% de son budget défense dans les investissements. La vision stratégique pour la Défense prévoit une augmentation des investissements dans les prochaines années.

La Belgique est un précurseur

Notre pays est un précurseur dans le domaine de la coopération européenne en matière de défense. Deux exemples illustratifs sont la coopération de grande envergure entre notre marine et les Pays-Bas et le partage de notre flotte blanche (avions de passagers de la Défense) avec les Pays-Bas, la France, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et l'Italie.